09 octobre, 2007

La croisade de deux fermiers de la Saskatchewan saluée

Percy et Louise Schmeiser sont sans doute le couple de fermiers le plus populaire du Canada. Depuis une dizaine d'années, ils se battent contre le géant américain agro-alimentaire Monsanto. Au début de la semaine, ils se sont vu décerner un prix Nobel alternatif de la paix.

(...) «Percy et Louise Schmeiser défendent les droits des agriculteurs et la biodiversité. Ils ont pris un grand risque personnel», souligne-t-il.

La croisade des Schmeiser a commencé en 1997 quand la multinationale Monsanto les a accusés d'avoir utilisé illégalement des semences de canola transgénique, résistantes aux herbicides. Poursuivis pour 400 000$, M. et Mme Schmeiser clamaient plutôt que c'est le vent qui avait poussé le pollen des plantes de Monsanto sur leur terre.

Après un procès médiatisé, le couple a perdu, mais n'a pas baissé les bras. Il est allé en appel devant la Cour suprême. En mai 2004, cinq juges contre quatre ont décrété que les Schmeiser avaient violé le brevet de Monsanto en utilisant des semences sans payer de droits.

Si les Schmeiser n'avaient aucun dommage à payer à Monsanto, la facture de leurs frais juridiques s'élevait à 400 000$. Heureusement, ils ont eu de l'aide de partout. Au fil de sa croisade, M. Schmeiser est devenu une icône de la lutte contre les organismes modifiés génétiquement (OGM). Il a donné plusieurs conférences. Il a même fait l'objet de pièces de théâtre et du documentaire Seeds.

La bataille continue...

«Trop de fermiers ont vu leur vie de travail se faire détruire», dit-il.

Percy Schmeiser a abandonné la culture du canola pour faire pousser des graines d'avoine et de moutarde. Il n'utilise plus que le quart de ses champs. «C'est essentiellement pour rester près de la terre et de l'environnement. Je veux passer plus de temps avec mes cinq enfants et 15 petits-enfants», confie l'homme de 76 ans.

Mais sa bataille contre Monsanto devant les tribunaux aura un deuxième chapitre. Récemment, M. Schmeiser a retrouvé des semences de canola transgénique de Monsanto sur sa terre. La multinationale a accepté de les enlever, en échange d'un avis de non-publication et à condition que le couple n'engage aucune poursuite judiciaire. «Monsanto voulait taire l'affaire. Il n'en était pas question», indique M. Schmeiser.

Les Schmeiser ont déboursé 600$ pour que les semences soient éliminées. Monsanto n'a pas donné suite à leur demande de payer la facture. Le couple a donc déposé une poursuite devant la cour provinciale de la Saskatchewan. L'audience aura lieu le 23 janvier.

«Les gens sont à la merci des grandes entreprises. Monsanto a voulu saisir notre terre et détruire notre vie. Ils nous ont intimidés.On se bat pour nos petits-enfants, pour dénoncer l'abus de pouvoir des grandes entreprises», conclut Percy Schmeiser.

Cyberpresse, Canada le 6 octobre 2007

1 commentaire:

paloma a dit…

je viens de connaître ces deux chevaliers des temps modernes.... dommage que se soient les corporations qui décident de notre droit primordial à se nourrir... il faut que la justice soit bien aveugle pour ne pas abonder dans leur sens. Longue vie à ses deux êtres sans mesure.