15 novembre, 2006

Fondation Nicolas Hulot, reconnue d'utilité privée?

Pour savoir ce qui motive vraiment quelqu'un, j'ai toujours pensé qu'il fallait regarder d'où venait son argent. Considérons donc les "partenaires-fondateurs" de la fondation Nicolas Hulot, reconnue d'utilité publique, et dont le porte-parole est un spécialiste de l'environnement reconnu par les médias et les candidats à la présidentielle (...):

"Les actions de la Fondation Nicolas Hulot ne pourraient se faire sans la participation de ses partenaires-fondateurs.
Ils soutiennent financièrement la Fondation sur la base de convention de trois ans et siègent à son conseil d’administration."

1er sponsor: EDF

"EDF est l'un des partenaires de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme depuis sa création, en décembre 1990, sous le nom de Fondation Ushuaïa. La protection de l'environnement et l'éducation des jeunes constituent des préoccupations prioritaires pour EDF. C'est la raison pour laquelle le projet de Nicolas Hulot d'éduquer les jeunes générations à un plus grand respect de la vie et de l'environnement, a immédiatement trouvé un appui marqué auprès d'EDF. “...Nous sommes convaincus que le meilleur moyen de faire évoluer à long terme la sensibilité de tous en faveur de l'environnement passe par la formation et la motivation de jeunes. C'est dans ce sens que s'oriente notre soutien à la FNH afin de développer des actions concrètes en faveur de l'environnement(...)."


Malgré cette "préoccupation" prioritaire, EDF produit 88% de son électricité grâce à 19 centrales nucléaires (si un incident malencontreux venait à survenir dans une de ces centrales, une région entière pourrait être rendue inhabitable pendant des siècles et des siècles (!)). EDF n'hésite pas à choisir des sites naturels magnifiques (Gorges du Verdon, et Vallée catalane) pour faire passer ses lignes à haute tension et à nier l'effet sur la santé des champs électromagnétiques que ces lignes induisent chez les riverains.

2e sponsor: L'Oréal

"L'Oréal a décidé de soutenir la Fondation depuis 1995, en raison de son action d'éducation. Le respect de l'environnement est pour toute entreprise industrielle un devoir naturel.
L'Oréal fait déjà depuis plusieurs années des efforts constants pour limiter au maximum l'impact de son activité industrielle sur l'environnement, un préoccupation étendue à tous les domaines d'activité du groupe."


L'Oréal est pourtant, pour les Echos du 14/11, "l'une des entreprises au monde qui utilise le plus de nanoparticules", dont les effets sont décrits dans le sujet précédent.

3e sponsor: TF1

"TF1 s'est largement impliqué, dès 1997, dans la campagne "SOS-Mer Propre", en diffusant gracieusement chaque année les spots de la campagne.En 2001, date à laquelle la campagne devient annuelle, TF1 a rejoint la Fondation en devenant l'un de ses partenaires-fondateurs. A l'heure où la nature semble se venger des outrages que lui fait subir l'homme, un grand média national comme TF1 se doit d'afficher clairement son rôle de pédagogue actif et engagé en faveur de l'écologie."



Après ou avant avoir "fournit du temps de cerveau disponible à Coca-Cola"? (c'était trop facile, désolé).

Bon, d'autres partenaires-programmes: ASF Autoroutes du Sud de la France pour sauver la tortue d'Hermann, la Société Générale pour protéger l'eau, Bouygues Télécom pour former à l'Eco-citoyenneté. (les liens renvoient à transnationale.org pour vous faire votre idée sur l'engagement écologiste de ces sponsors).

Voeu pieux: que les médias choisissent des personnes réellement préoccuppés par l'environnement et qu'on oublie M. Hulot.

4 commentaires:

President Ecolo a dit…

Votre voeu pieu rejoint totalement mon point de vue :
http://president-ecoloµ.over-blog.com

Anonyme a dit…

réponse super-rapide ! Vous êtes abonné à ce blog ou bien?

Anonyme a dit…

Oui, mais...
Quand est-ce que les personnes (individuels, associations,...) réellement préoccupées par l'environnement trouveront un terrain d'entente, arrêteront de se tirer dans les pattes au nom de je ne sais quel purisme !
Il sera bientôt trop tard pour pleurer.
Comme le dit Hubert Reeves, "c'est l'humanité qui perdra. La vie s'est déjà remise de quelques catastrophes écologiques depuis la nuit des temps..." C'est le meilleur message d'espoir que j'ai entendu ces derniers temps...
J'ai 35 ans aujourd'hui. A 12 ans, j'ai enregistré des K7 audio de vraies émissions scientifiques qui nous parlaient déjà de cette catastrophe. Qu'est-ce qui a réellement changé depuis ? RIEN.
C'est à désespérer de la nature humaine.
A quand un réel lobby écolo qui fédère toutes les multiples voies vertes, sans que les unes crachent publiquement sur les autres ?
Même si aujourd'hui, je m'engageais dans la vie politique avec ces convictions (je chauffe au bois, j'utilise le soleil pour chauffer l'eau, je recycle mes déchets depuis bien avant la mise en place des circuits de récupération actuels, je prône le respect de l'environnement autour de moi, j'ai changé de profession afin de ne pas avoir à me déplacer, je recherche désepérément des collègues pour du co-voiturage, je mange bio et mon jardin est mené dans le respect de la vie...presque une sainte !) des gens tels que vous trouveraient encore à redire.
Vais-je pour autant baisser les bras ?
Je regarde mes enfants : je ne PEUX PAS, je ne DOIS PAS baisser les bras.

Bon courage à tous les écolos du monde.

Valérie.

T&C a dit…

Je ne sais pas si je dois me snti visé par votre commentaire ou s'il s'adressait plutôt au parti écologiste et à ses satellites.
Je vais quand même préciser ce que je voulais dire...
Il y a plusieurs moyens pour parvenir au pouvoir présidentiel, en tant que candidat, vous pouvez "vendre" du socialisme tout en ayant largement contribué à privatiser depuis 20 ans, notamment l'énergie, les transports ferroviaires et postaux (...).

Ou comme M. Hulot, vous pouvez vendre de l'écologie tout en étant le conseiller d'un président qui, hors des ribunes internationales, n'en fait pas beaucoup (j'aimerai dire "du tout" mais pas certitude) et participe largement à l'agression de la nature, je pense à la politique nucléaire, les subventions agricoles qui assèchent nos sous-sols et rivières et érodent la terre agricole, l'absence sérieuse d'étude sur les rejets des incinérateurs, les additifs alimentaires, l'absence de poursuites des responsables des naufrages (Prestige notamment), les pesticides, l'absence d'étude d'impact des nanotechnologies, les rayonnements des antennes relais et GSM, l'adoption et l'accord tacite sur la propagation des OGM etc. J'en oubli sans doute (ça me revient: amiante, des centaines de friches industrielles contaminées sont abandonnées ou dépolluées au frais du contribuable).En résumé, quand on pense que ce conseiller n'a pas réussi à éviter tout ça, on peut naturellement se demander s'il est vraiment motivé... Quand on trouve que ceux qui lui remplissent les poches sont ceux-là mêmes qui sont la cause de ces pollutions, on peut réellement en conclure qu'il nous vend de l'écologie comme d'autres du socialisme ! j'en parle d'autant plus facilement que je ne suis encarté ni socialo ni écolo (je pratique quand même mais sans enquiquiner personne).

Quelle perspective? Postulat: l'argent fait tourner le monde et les hommes. Il n'est pas (encore) rentable de ne pas polluer. Mais ça viendra, encore un peu de pollution et nous donnerons de la valeur (de l'anglais "value"=valeur argent) à l'air, l'eau et la terre pure, vivable. Alors ça changera. On y arrive très vite, ne connaissant pas le risques, les assurances refusent d'assurer contre les dégâts des OGM et des nanotechs...